Mon panier

  • Votre panier est vide

RETOUR > Homme

Planier - Gris

Couleur Gris Clair

  • PRIX : 25.00€
  • Veuillez choisir une taille :
  • Veuillez saisir une quantité :
  • > Ajouter au panier
  • Col : Rond
  • Coton : 100% Jersey 180gr OEKO TEX
  • Coupe : Standard
  • Série limitée : 100 exemplaires

Le phare de Planier, situé à une quinzaine de kilomètres du Vieux Port de Marseille connait une histoire des plus singulières.

Point d’entrée de la baie de Marseille, son histoire débute en 1320 pour indiquer les hauts fonds de moins de 1 mètre où s’échouent trop souvent les navires. Après diverses « élévations » et améliorations technologiques il est équipé au 19ème siècle de « lentilles de Fresnel » inventées par Augustin Fresnel en 1819. Cette technologie ayant permis de révolutionner l’éclairage des phares.

Mais ce que l’on connait moins c’est comment l’optique de Fresnel fut sauvée grâce à un ingénieur militaire allemand comme le rapporte Yvon Georgelin dans la revue Marseille (n°181 année 1997) : « En décembre 1942, un mois après l’invasion de la « zone libre », Monsieur Grand, directeur du port, et Monsieur Peltier, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, furent contactés par un capitaine de frégate allemand chargé des Phares et  Balises en zone occupée. Cet officier de la marine allemande leur demanda de visiter le phare de Planier. Ce commandant allemand n’était pas un officier de carrière, mais un ingénieur civil du service des phares en Allemagne, mobilisé. Il leur explique que l’optique constituait un très bel ensemble dont deux exemplaires existaient seulement en France avant la guerre : celui de cap Griz-Nez, que les Français avaient fait sauter lors de leur retraite et celui de Planier, qu’il fallait absolument démonter et mettre à l’abri en le remplaçant par une optique de fortune, avant l’arrivée de contingents plus importants de la Wehrmacht et notamment des SS qui feraient tout sauter. Il laissa même son numéro de téléphone à Paris pour être prévenu en cas d’incident. Grâce à cet ingénieur allemand, l’ensemble optique du Planier put être mis à l’abri dans le Luberon aux environs de Cucuron où il fut retrouvé intact à la libération. »

Automatisé en 1992, il est classé monument historique depuis 2004 et est interdit d’accès depuis.

Cependant le pourtour de l’ile de Planier reste un « spot » de plongée sous marine exceptionnel où se trouve notamment l’épave du « Chaouen » faisant le bonheur de plongeurs débutants et expérimentés puisqu’il va de 9 à 33 mètres de profondeur.